Dégustations Thé wulong

Da Hong Pao de Camellia Sinensis

Je vous présente ici la 2e dégustation dont j’hésitais à mettre sur mon blogue dû à une insatisfaction de ma part. Je vous laisse la lire et vous comprendrez que je ne suis pas parfaite et que, même si ça fait presque 9 ans que je bois du thé régulièrement, je fais encore des erreurs. Puis, j’ai pris la décision de la publier quand même parce que cela montre une part de mon cheminement.

Date de dégustation: 13 mars 2014

Informations et provenance: Acheté chez Camellia Sinensis, il s’agit d’un wulong provenant de la montagne Wuyi dans la région du Fujian en Chine.

Détails d’infusion: Eau filtré à 95 degrée Celsius, théière en purion et 5 grammes de thé. Rincage des feuilles d’abord puis première infusion à 15 secondes, la seconde à 10 secondes, la troisième à 15 secondes et la quatrième fut doublée. La dernière infusion fut fait à 1 minute.

daihongpaoVue: En sortant les feuilles du sac, on peut constater qu’elles ont des couleurs variant entre le marron et le noir. Elles sont longues et aussi torsadées. Lors de la première infusion, je remarque une couleur ambré très dominante. Elle deviendra plus pâle au fur et à mesure des infusion allant de l’ambre « plus orange » allant ensuite vers le ambré-jaune, le jaune paille et un jaune très pâle.

Odeur: Avant l’infusion, je détecte rapidement du pain grillé. Par la suite, tout en prenant mon temps, je perçois des notes sucrés de confiture et d’épices. Au moment d’infuser, plusieurs parfums me montent au nez mais l’odeur des fruits noirs et des épices prennent le dessus et domine par la suite. Les autres infusions seront dominés par des arômes de pain grillé, de fruits et d’épices qui s’estomperont au fur et à mesure des infusions pour devenir, à la 5e infusion, quelque chose de très délicat avec quelques notes de pain grillé.

Goût: Dès la première gorgée, le goût des pruneaux domine. Mais au fur et à mesure que je le bois (donc, en devenant tiède), je perçois plus le goût du pain grillé avec une toute petite touche sucrée. Cependant, cela devient difficile de détecter le goût dès la deuxième infusion: je dois boire plusieurs gorgées afin de le détecter réellement 1. Il y a encore le pain grillé mais la touche sucrée (fruits) et épicés commence à dominer mais c’est très léger. La troisième et quatrième infusion se stabilisent un peu et je goûte maintenant à quelque chose d’épicée, voire même herbacée (réglisse?). Puis la cinquième, très léger mais il y a encore le goût de pain.

Texture: le thé est légèrement acide et coule moins facilement dans la gorge. Je dois attendre qu’il soit tiède pour avoir un peu plus de douceur. De plus, il y a un petit arrière goût mais qui s’estompe avec le temps. Par contre, cela m’assèche la bouche!

Conclusion: Je sais qu’en temps normal, j’aurais apprécier ce thé puisqu’il est l’un de mes préférés. Mais pour une ou des raisons que j’ignore, ça n’a pas marché comme je le voulais. Est-ce dû à un mauvais choix de théière? La quantité de thé (5 grammes) versus la quantité d’eau (100 ml donc 10 cl)? Le temps d’infusion? Je ne sais pas… :unsure: Mais chose certaine, je voudrais refaire ce thé et notés en le faisant dans un gaiwan. C’est ce que l’on m’a suggéré de faire. Néanmoins, c’est un thé qui se boit dans des moments spéciaux à mon avis car le prix est relativement élevée! 😉 2

Mon vote :

Notes

  1. Je me suis posée bien des questions à savoir ce qui s’est réellement passé…
  2. malgré tout car il très bon pour l’avoir déjà essayé avant cette dégustation!

Vous pourriez également aimer

  • Tom
    14 avril 2014 à 05:19

    Bonjour !

    Merci pour l’article 🙂 Les bonnes qualités de Da Hong Pao sont souvent notables par leur côté minéral assez remarquable. Les moins bons sont souvent marqués par une torréfaction trop prononcé qui donne des notes grillées dominantes (au détriment de tout le reste).

    Après il est vrai que les Da Hong Pao comme tous les thés de roche sont chers (à l’exception des reproductions, c’est à dire des Da Hong Pao produits rapidement, et qui ne poussent pas sur le terroir limité des monts Wuyi). Il est vrai aussi qu’il faut fortement doser ces thés pour qu’ils se révèlent complètement.

    Je trouve qu’il est bon d’écrire sur des dégustations, même quand elles ne sont pas satisfaisantes, ça ouvre le débat et ça permet de corriger soit la méthode de dégustation ou de changer de variété.

    Personnellement, j’aime les thés de roche dans un gaiwan en porcelaine, rempli au 2/3 de thé : souvent donc plus 6 grammes de thé.

    • ilmariel
      14 avril 2014 à 08:59

      Merci pour ton commentaire! Cela me fait réfléchir sur non seulement la qualité du thé que j’ai essayé mais aussi sur les méthodes que j’avais employé sur l’infusion. Je me pose des questions comme « est-ce que le thé est encore frais? » (même si bien entreposé, il y a peut-être eu le facteur humidité, ect..), est-ce que ma théière purion est trop minéral pour ce type de thés, etc… Bref, il est évident que je vais le réessayer autrement.

      En ce qui concerne ma décision d’avoir publié ce test malgré mon insatisfaction, je suis d’accord que ça ouvre le débat sur différentes choses: infusion, quantité… ect.. Mais je l’ai fait car souvent je lis des articles de dégustation ou cela me semble trop parfait.

      Bon, je dois y aller… ma journée de travail commence!! 😉