Dégustations Thé wulong

Dong Ding Antique 2000 de la Maison des Trois Thés

dégustation

Jour 17 du calendrier de l’avent. C’est une journée pluvieuse à Montréal et je découvre aussi que le thé du jour sera un wulong vieilli de la Maison des Trois Thés : le Dong Ding Antique 2000.

Information et provenance
Ce matin, j’ai refait quelques recherches et j’ai trouvé ceci : la Maison des Trois Thés a été fondée en 1995 à Paris et elle est maintenue par Maître Yu-Hui Tseng. On dit aussi qu’elle abrite la plus grande cave de thés au monde 1. Quant au thé, je n’ai aucune information! Cependant, je peux affirmer que c’est un thé qui provient de Taïwan puisqu’il y a une montagne du même nom et, en regardant mes autres thés Dong Ding, c’est ce qui est écrit sur les enveloppes. Ensuite, le mot « Antique » désignerait qu’il aurait un profil de thés antiques.

Détails d’infusion
J’utilise une eau filtrée à 95 degrés Celsius et je mets 3 grammes de thés dans un gaiwan. Avant la première infusion, je rince les feuilles. Puis, j’infuse une première fois à 45 secondes; la seconde à 30 secondes; la troisième à 45 secondes; la quatrième à 60 secondes; la cinquième à 75 secondes et la dernière à 90 secondes.

Avant l’infusion
En ouvrant le sac, je vois de petites boules, non uniformes et brunes. Les feuilles montrent une certaine oxydation. L’odeur est très discrète et je dois brasser l’échantillon afin de faire ressortir les arômes. C’est épicé et boisé avec une note sucrée.

Première infusion
Après la première infusion, les feuilles dans le gaiwan ne sont pas pleinement déroulées. Une odeur de fruits cuits, boisés et de pain me monte au nez. C’est doux et délicat. La liqueur est d’un magnifique jaune dorée. Cependant, cette infusion manque de goût et je tente de reconnaître les saveurs : il y a des fruits cuits, un peu le pain et si je reste attentive, il y a un goût de fleurs. La texture est douce, ronde et ne présente pas d’amertume.

Deuxième infusion et troisième infusion
Les feuilles sont maintenant déroulées et je peux voir que certaines sont intactes tandis que d’autres sont brisées. Mais elles sont toutes brunes. La liqueur est devenue dorée, tandis qu’une odeur dominante de fruits, avec une note boisée et épicée, me monte aux nez. Quant au goût, il y a une pointe sucrée (pâtisserie) sur ma langue. Je goûte également aux notes boisées (mais c’est moins présent qu’à la première infusion) et épicées. Je remarque aussi que lorsque le thé devient froid, il devient plus crémeux en bouche. Mais il y a présence d’amertume qui reste longtemps en bouche.

Quatrième et cinquième infusion
La vue des feuilles et la liqueur ne changent pas, quoiqu’à la cinquième infusion, je remarque qu’elle a pâli. Cependant à l’odeur, les épices deviennent dominantes tandis que les notes boisées deviennent plus discrètes. Quant à l’odeur sucrée et fruitée, cela a presque disparu (sauf lorsqu’il est froid). Je commence à percevoir une perte au niveau du goût, mais il y a toujours une petite pointe d’épices et de sucrée en bouche. L’amertume est beaucoup moins forte et ça passe bien.

Sixième infusion
Malgré une odeur encore présente, le goût ne me convainc pas de poursuivre la dégustation.

Conclusion
Malgré un wulong qui date de 15 ans, j’ai eu l’impression de boire tout simplement un wulong « noir » où les notes sont fruitées, épicées et boiser sont présentes. Il reste doux tout le long des infusions malgré une oxydation des feuilles. Je m’attendais à goûter à un thé plus fort en saveurs avec des notes bien présentes en bouche, mais l’amertume est venue couper cette longueur que je souhaitais. Néanmoins, il reste très agréable à déguster en après-midi et j’ai quand même apprécié sa délicatesse. Merci Christelle pour ce thé!

Mon vote :

Notes

  1. Cependant, je n’ai aucune information officielle pour venir appuyer cette affirmation, c’est mon côté professionnel qui parle!

Vous pourriez également aimer