Dégustations Thé vert

Hojicha de Hiruma Yoshiaki

Hojicha pour finir la journée!

Jour 12… Quoi écrire? Que je suis contente d’avoir finalisé mes trucs et que je découvre que le thé du jour, c’est un thé vert japonais? Oui! oui! C’est toujours confortable de boire un thé, tranquille, et juste n’entendre rien… ou presque! Bref, c’est un samedi soir relaxant où je vais prendre mon temps pour boire ce thé.

Informations et provenance
C’est un Hojicha de monsieur Hiruma Yoshiaki, le troisième thé que je déguste de ce producteur japonais. Le Hojicha (ou Bancha) est un thé très répandu et de grande consommation. On en sert même gratuitement dans les restaurants. Et, « contrairement aux apparences, il s’agit bien là d’un thé vert, d’un thé non fermenté (non oxydé en fait). Seulement, sa couleur brune (les feuilles tout comme la liqueur) est due au fait que le hôji-cha est obtenu par torréfaction de bancha, ou sencha de basse qualité. Il est ainsi composé de feuilles grossières torréfiées, ou de branches, voire d’un mélange des deux. » 1

Détails d’infusion
Pour cette dégustation : théière kyusu; technique du senchado, 5 grammes de thé et eau à 95 degrés Celsius [2. Ce qui est très rare pour un thé vert en général]. Toutes les infusions ont été de 10 secondes.

Avant l’infusion
Comme je l’ai mentionné plus haut, le hojicha est composé de tiges. À la vue, ils sont coupés finement et ils sont jaune et brun. L’odeur est très douce: céréales et canne à sucre. Il y a même une touche maltée.

Première infusion
En ouvrant ma théière, je constate que la couleur des tiges est devenue plus foncée. Une odeur de pain grillé et de café fort me monte au nez. C’est envahissant, mais c’est agréable. Cependant, je ne sens pas la canne de sucre qui était présente avant d’être infusé. La liqueur est de couleur rouille et c’est clair. Quant au goût, c’est très torréfié: pain grillé, noisettes avec une pointe sucrée de canne à sucre. C’est très doux et c’est rond comme texture.

Deuxième, troisième, quatrième, cinquième infusion
Elles ne changent pas réellement de la première infusion, excepté que le goût est plus fort et il y a une présence d’amertume en bouche.

Sixième et septième infusion
Je constate qu’à la sixième infusion, l’odeur devient moins présente et que le thé commence aussi à perdre ses saveurs. La septième infusion reste stable par rapport à la sixième.

Conclusion
J’ai fait plus une dizaine d’infusions. Il est très résistant et je suis sûre que j’aurais pu continuer même si le thé devenait moins fort en goût. Bref, c’est le genre de thé à consommer par un soir d’hiver, sans danger, car il n’y a pas beaucoup de caféine et on le recommande même aux enfants et aux personnes âgées. C’est très réconfortant et c’est un thé de consommation quotidienne. Pour ma part, j’ai bien aimé et je compte le mettre dans ma wishlist! Merci Christelle pour cette découverte!

Mon vote :

Notes

  1. Source: http://sommelier-the-japonais.blogspot.ca/2009/11/le-hoji-cha.html

Vous pourriez également aimer

  • Hécate Lomëwen
    13 décembre 2015 à 04:26

    Je ne l’ai pas goûté aussi.
    Ce hojicha est peut-être sur Thés du Japon. Sil ne l’est pas, Florent a tout de même de très bons hojicha, bien plus qualitatif que ce qu’on trouve en France pour le même prix.

    • Rachel
      13 décembre 2015 à 09:07

      C’est bon à savoir ! Merci!