Dégustations Thé vert

Hokumei de Hiruma Yoshiaki

Hokumei (thé vert japonais)

Jour 20 du calendrier de l’avent. Journée tranquille avant d’entrer dans la folie du Temps des Fêtes! Noël est dans cinq jours et comme bien des gens, j’ai des choses à finaliser! 😉 Donc aujourd’hui, je découvre un autre thé japonais de monsieur Yoshiaki : Hokumei.

Information et provenance
Je viens de mentionner que ce thé provient du Japon et c’est un autre fukamushi sencha que me fait découvrir Christelle. Selon le site « Sommelier en thé japonais », ce thé a subi le même procédé que le Sayamakaori pour son oxydation et le flétrissage, mais comme il s’agit d’un autre cultivar, il mentionne que ce n’est pas tout le même résultat en dégustation.

Détails d’infusion
J’utilise ma théière Kyushu de 100 ml où je mets 4 grammes de thé dans une eau à 70 degrés Celsius. Quant aux infusions, elles sont variables : 30 secondes pour les trois premières; je diminue ensuite à 20 secondes pour la quatrième et la cinquième; puis les dernières se font à 10 secondes.

Avant l’infusion
Les feuilles, d’un vert intense, sont très petites, délicates et en forme d’aiguille de pin. Elles ont été hachées finement. L’odeur est délicate, mais je perçois des notes herbacées avec une petite pointe florale.

Première infusion
En ouvrant la théière, les feuilles sont prises en pâte (comme tout sencha) et la couleur est encore plus intense. La liqueur est jaune paille, tandis qu’une odeur sucrée (pois mange-tout) et florale me monte au nez. Puis je prends une gorgée : la note florale est très dominante dans ma bouche, mais elle est stabilisée par une note sucrée et délicate. La texture est crémeuse et ça coule bien. Il n’y a pas d’amertume.

Deuxième infusion
La liqueur présente une infusion un peu trouble, mais la couleur ne change pas réellement. L’odeur florale est plus forte et plus dominante, et la touche sucrée vient en second. Ce n’est pas envahissant, mais plutôt doux et délicat. Quant au goût, la note florale est plus forte assez pour venir cacher le côté sucré. Il est plus crémeux en bouche malgré une petite présence d’amertume.

Troisième et quatrième infusion
J’ai eu un peu de difficulté avec ces infusions et cela est dû au temps (30 secondes et 20 secondes). Je l’ai compris en voyant la liqueur jaune-vert très foncé et trouble. Néanmoins, je les ai dégustés, et malgré une forte amertume, j’ai pu goûter aux notes herbacées et florales avec une pointe crémeuse.

Cinquième et sixième infusion
La liqueur est toujours d’un jaune vert très trouble avec de la poussière de thé, mais le goût redevient normal. C’est toujours aussi délicat avec des notes de fines herbes, de pois mange-tout et de fleurs tant au nez qu’au goût. L’amertume a presque disparu faisant place à une texture à nouveau crémeuse.

Septième et huitième infusion
Même si la liqueur ne change pas, que l’odeur est toujours bien présente et que je goûte toujours aux notes sucrées, herbacées et florales avec une texture, il commence à perdre son caractère.

Conclusion
Sencha de bonne qualité (8 infusions en senchado). Il reste assez stable au fil des infusions malgré quelques coups ratés de ma part. Il est très crémeux et très floral en bouche et c’est ce que je trouve assez rare pour un sencha. C’est le genre de thé que j’aime boire en après-midi pour relaxer. Merci Christelle pour ce thé! 😉

Mon vote :

Vous pourriez également aimer

  • Hécate Lomëwen
    20 décembre 2015 à 23:22

    8 infusions ! Il a la patate ce thé !